17/07/2018 : Je serai le dernier homme, pistes & blabla de vie

Une chronique avec Je serai le dernier homme de David Coulon aux éditions LaJouanie dans leur collection Roman policier mais pas que.
Résumé : Un chemin dans la campagne normande, trois heures du matin. Un homme passablement éméché, rentrant de chez sa maîtresse, regagne son domicile en essayant d’éviter les contrôles de police. Fenêtre ouverte pour tenter de se dégriser, il entend un coup de feu. S’arrête, descend, tend l’oreille. Fait le tour de sa voiture. Une silhouette apparaît, se précipite au volant et tente de démarrer… Courte échauffourée, il éjecte l’intruse de son véhicule, la tête de la malheureuse heurte une pierre. Le fêtard, dont nous ne connaîtrons jamais le nom, se retrouve avec le cadavre à demi-dénudé d’une jeune fille. Pourquoi dépose-t-il le corps dans son coffre, pourquoi le garde-t-il tentant tant bien que mal de masquer les odeurs putrides qui s’en dégagent ? Pourquoi cette fille était-elle seule dans ce champ de blé ? Et pourquoi agit-il de manière aussi incohérente ? Notre héros serait-il le dernier homme à pouvoir répondre à ses interrogations ?
> Un titre que j’ai vraiment adoré, ce qui m’a séduite c’est déjà cette base d’homme plutôt détestable et classique qui voit le destin lui jeter en place face une situation ne relevant pas de l’ordinaire et dépassant de loin ses compétences de vie simple. La lecture nous offre deux facettes, la première, celle de ce mec sombrant peu à peu dans la paranoïa, la folie avec ce corps dont il ne sait se débarrasser et donc élaborer des plans pour parvenir à reprendre le cours de son quotidien. L’avancée dans les tréfonds de la démence allant crescendo est divinement partagée et assimilable idéalement par le lecteur. La seconde facette est celle du pourquoi, pourquoi cette jeune femme fuyait, qui la retenait, que se cache-t-il derrière cet événement. Notre homme va plonger dans l’horreur accentuée par son état psychique, est-il dans le vrai ou le cinglé en lui imagine… ^^ suspens. En tout cas, on en a pour notre goût du sombre et la clôture de ce récit est choisie avec brio. J’ai à la fois ri des instants improbables, craint, frissonné, a été écoeuré et été conquise par l’obscurité de plus en plus profonde, comme une plongée douce dans les méandres d’un enfer. Une véritable réussite qui me fera retourner encore avec envie vers cette maison d’édition sans doute aucun.

Livraddict m’oriente vers des titres déjà évoqués et ne me laisse que deux à citer. Tout d’abord un auteur puisque le livre mentionné n’est pas celui de l’auteur qui m’attire le plus, à savoir Michel Bussi. Encore absent de mon tableau de chasse livresque, mon désir serait d’y goûter avec Maman a tort. Ensuite, nous avons une série inconnue au bataillon qui me rend curieuse par son côté téléfilm, un peu à l’ancienne via la localisation et hier justement j’ai vu un bon retour dessus vantant la mise en place des personnages : Les détectives du Yorkshire.

Une décision petit challenge pour contrer mon craquage de l’espace via la Grosse OP avec un objectif un achat numérique pour cinq lus.

Passons maintenant à la vie de tous les jours avec divers points que j’avais envie d’aborder.
Commençons par l’alimentation, un de mes points faibles organisation avec cette demande d’aide pour me façonner un petit déjeuner.
Partage du vôtre, conseils, pistes, je prends tout.

La chaîne de Eimadolly

Enrhumée je me suis rendue à ma séance chez l’ostéopathe, un conseil ne le faites pas puisque affaiblissant le corps cela a rendu mes microbes plus virulents et j’ai donc dû garder le lit trois jours…

La série Orphan Black m’a accompagnée pendant mes journées dans le mal et elle est disponible sur Netflix.

Les réseaux sociaux et leur côté chronophage m’ennuie, je réfléchis sérieusement à me fixer un temps à y passer pour m’apprendre à réellement y faire des choses qui me tiennent à coeur et plus me mettre à regarder tout et n’importe quoi en laissant défiler les minutes inutiles. Je pense sincèrement qu’il y a du bon dedans, pour preuve de nombreuses amitiés nées en ces lieux mais la nuisance certaine dans le quotidien me saute aux yeux, cette importance que l’on croit détenir qui n’est que du vent, une volonté de trop y exister alors que finalement nous ne sommes qu’un petit rien dans cet immense tout.

827250traitSeparation538d3

Publicités

: Défendre Jacob & Du feu de l’enfer & pistes

J’ai lu Défendre Jacob de William Landay, une relique de la PAL ^^ qui est sortie dans un timing idéal. En effet, mon entrée dans la vie de parent a joué un rôle dans mon ressenti face à ce doute d’enfant coupable ou non et de ses parents aux comportements totalement opposés avec ce père qui le défendra coûte que coûte et une mère qui ne peut se focaliser que sur le « est-ce que nous avons mal fait quelque chose avec notre fils ».
A travers ce récit, l’auteur va réussir l’exploit de creuser moult pistes fascinantes, parvenir à nous surprendre en en intégrant des inattendues, sublimer la psychologie des personnages centraux et nous rendre complice quelque part de son livre en nous faisant cogiter sur le et nous comment vivrions-nous ces événements…
Bien entendu l’auteur joue via Jacob avec nous, il ne cesse de faire osciller nos réflexions, nos soupçons, il a quand même quelque chose d’étrange ce garçon mais de là à faire de lui un tueur? Si? Non? …
Le final, tellement extraordinaire de brutalité, avec en fond cette morale de est-ce que finalement savoir était le plus important?

Au niveau des pistes Livraddict, est à noter :
– que je dois avancer dans la série de Jérôme Camut & Nathalie Hug Les voies de l’ombre & que la série Malhorne de Monsieur me fait de l’œil
– qu’un jour je me ferai mon propre avis sur La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Et j’ai aussi lu en thriller Du feu de l’enfer de Sire Cédric qui est à gagner, comme je sais malgré mon amour incommensurable pour l’auteur que je ne le relirai pas.
formulaire google ici

Je vais donc faire partie du lectorat qui boude l’absence de fantastique auquel couac se cumule la maltraitance animale (j’étais prévenue, Sircé me l’avait dit de but en blanc et donc j’étais parée, mais néanmoins cela me chiffonne malgré sa nécessité, sa présence logique dans le récit, non à la gratuité ça on up)
Nous sommes aux côtés de Manon, femme seule, aimant son métier peu commun de thanatopractrice, bien sous tous rapports, carrée quoi (mention spéciale à l’explication de son choix d’orientation professionnelle et à la beauté se dégageant lors d’une de ses interventions) et de son frère Ariel, sale mec, drogué, qui vivote en faisant des coups foireux. Ils vont se retrouver, duo très mal assorti avec ces casseroles de rancune traînées par Manon à découvrir l’existence d’une secte adorant le sexe, la souffrance, le meurtre, les masques…
Cette organisation m’a vu lui reprocher un manque d’informations, on en a sur sa naissance, qui est derrière à la base, avec des références mythologiques adulées par bibi mais j’aurais voulu encore plus. Je crois que si cette piste avait été développée, elle aurait pu être mon élément surnaturel souhaité mentionné ici au début.
Le final, je me suis fait eu!!!! 😀

Il est disponible en poche depuis mars 😉

Au niveau des pistes Livraddict, est à noter :
– que je dois me plonger dans du Olivier Norek avec Territoires tout comme dans Résilience de Julia M Tean qui sont à la maison sans oublier Le tueur de l’ombre de Claire Favan
– que le résumé d’Ewa m’a convaincue, je l’ai acheté en numérique après coup, puis commencé et pas du tout accroché au style que je trouve froid de l’auteur
– que je dois poursuivre la série de Johana Gustawsson avec Mör
– que je n’ai jamais croisé Les petites filles de Julie Ewa et que je suis curieuse

827250traitSeparation538d3

28/06/2018 : blabla & contenu colis

Promis c’est la dernière fois que j’évoque ce mal être quant à ma place dans le milieu Booktube, cela fait maintenant un moment que je me cherche, que je suis à fond puis d’un coup je me demande s’il ne vaut juste pas mieux tout laisser tomber, c’est compliqué. Je m’en demande beaucoup, je veux bien faire avec un cadre de base défini, mais finalement je ne souhaite que parler comme ça vient avec mon noyau (auquel peut s’ajouter d’autres gens bienveillants, la porte est ouverte) mais lorsque je filme, je pense à mes ami(e)s, à ce que je veux leur dire et non à ma gloire future … LOL…
LOVE LES PUMP IT UP!!!

Je veux de l’organisation, je veux du carnet à foison, et ça plus de trois semaines donc je vais me lancer le 1er juillet en me faisant violence pour tenir la distance. Je vous ferai des petits points de mon succès (je me montre optimiste afin de me pousser au fessier).
– cahier Leitz

Comment qu’on en parle de la grosse OP Bragelonne?
Un article avec tout et une évocation vidéo de ceux qui me titillent le plus?

– marque page de chez Mihne
– carnet Paperblanks
– bloc de 52 menus hebdomadaires à compléter Mémoniak
– J’aime lire, les carnets du passionné
– magazine Open Mind
– ma cuisine au thé du Palais des thés
– coffret thés parfumées du Palais des thés
– Mon grand livre pour découvrir la maternelle
– Six of Crows de Leigh Bardugo
– Enchantement de OrsonScott card
– La malédiction de Marco Polo de James Rollins
– Billy Brouillard, Le don de trouble vue

Photo Instagram de mes présents

Est-ce important de citer les maisons d’éditions lors de présentations de titres?

De moi à vous #11

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »
Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

couv9510209CHRONIQUE
> un personnage, Delphine, l’autrice, plus, moins, en intégralité, nous ne le saurons jamais vacillant tout du long entre vrai & potentielle invention
> j’ai envie de me laisser penser que c’est D’après une histoire vraie véritable tant je l’ai trouvée extraordinaire
> on est sur l’après Rien ne s’oppose à la nuit, un titre où l’auteure a mis à nu sa maman & ses problèmes, une véritable immersion dans notre monde avec des codes connus afin de nous faciliter la tache je suppose d’y croire à son histoire ^^
> dans le même esprit, sont citées bien des œuvres ancrées dans notre époque (avec spoils pour certaines)
> une femme L va totalement bouleverser notre héroïne, une fois rencontrée, les liens qui les unissent ne vont cesser de grandir mais pour autant ne jamais percer le mystère qu’est L, femme soignée, avec de la culture sans nom défini pour le lecteur autrement que par cette lettre qui colle idéalement à cette impression d’insaisissable
> Delphine a tellement de traits qui me correspondent, de réflexions qui me parlent totalement, une proximité bluffante qui m’a rendue comblée par ce récit, ces questionnements sur la personne, la vie, les autres
827250traitSeparation538d3

Le lien vers le formulaire pour le gagner en édition France Loisirs
827250traitSeparation538d3
De l’autrice se trouve déjà dans les lus :
couv48421097
Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies. 
Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle. 
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage. 
No dont l’errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

CHRONIQUE 
– Un magnifique roman d’apprentissage
– Lou est une jeune adolescente surdouée très touchante, elle a des réflexions sur notre monde très pertinentes.
Elle est également pleine d’innocence et de naïveté, elle veut croire que si on le souhaite, on peut aider les gens, les changer, améliorer un peu la société dans laquelle on vit.
– Les descriptions du monde de la rue sonnent justes, sans fioriture, sans désir d’embellir les choses.
– Un milieu familial dur à gérer et un pacte d’amitié prenant.
– Le thème de la solitude est abordé sous de nombreuses formes.
827250traitSeparation538d3

couv5661974
« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

CHRONIQUE
Le plus beau sujet au monde est celui-ci à mes yeux, notre mère représente tellement dans une vie, tout passe par elle : notre éducation, nos souvenirs, notre devenir.
C’est également le plus difficile à aborder, car prendre de la distance n’est pas envisageable, on est obligé de vivre au fil des mots les sensations, les émotions de cette personne qui nous a offert le plus merveilleux des cadeaux : la vie.
Or ici, Lucile a plutôt vécu une malédiction, on découvre les souffrances d’une femme tourmentée et en même temps les difficultés rencontrées par Delphine de Vigan lors de l’écriture de ce livre.
C’est bouleversant de vérité et empli d’amour.
827250traitSeparation538d3

Et sur ma liste de volontés de lectures futures :

couv10912711.jpg

Laure a 19 ans, elle est anorexique… Jours après jours, elle raconte, analyse, décrit… Trois mois d’examen de soi, d’une vie comme dans un aquarium, un livre sincère, sans rancune, sans apitoiement, juste la précision des mots et la vivacité de l’analyse. On découvre un paysage mental, captivé par ce premier roman.
827250traitSeparation538d3

Dans la même veine Livraddict me met :

 

La perle et la coquille > une femme qui découvre un temps une liberté…

Si la lune éclaire nos pas > la fuite vers une promesse de vie meilleure, actualité à fond.
Que ce soit l’un ou l’autre l’autrice attaque des sujets épineux et humains qui interpellent

Journal d’un vampire en pyjama > le fait que ce soit une autobiographie me rend curieuse, j’aime tout ce que la vie peut offrir, démontrer, …

Tu comprendras quand tu seras plus grande > je suis en audio dans Le premier jour du reste de ta vie donc un à la fois ne nous enflammons pas 😀

Maia > famille, secrets on est bon!

Mon plus beau rêve > que ce soit le titre, le ton du résumé ou la couverture il y a de la beauté que l’on a envie de goûter

– à suivre –

De moi à vous #10

Il était une fois une famille heureuse et unie.
Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d’eau.
Des enfants fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient.
Avant de se jalouser et s’empoisonner.
Il était une fois deux fillettes inséparables.
Pour le meilleur, ou pour le pire ?
Il était une fois une histoire qui n’a rien d’un conte de fées.

couv47220162CHRONIQUE
> la gémellité a deux facettes : un amour d’une force incommensurable et en même temps un sentiment d’une noirceur qui l’est tout autant, la balance est idéalement mise en branle, idéalement fait pour ne point douter d’une possible histoire véritable
> des situations d’un quotidien lambda, de problèmes familiaux classiques qui n’en restent pas moins quand ils sont vécus douloureux, complexes, parfois même destructeurs
> s’associe à ce train train, le temps qui passe, les filles qui grandissent et les différentes problématiques liées à l’âge comme celui de l’adolescence…
> des thèmes avec de l’humain partout et donc une facile identification à soi dans certains cas de figures, de réflexions!!!
> j’ai traîné cette lecture bien plus qu’il n’aurait fallu casant plusieurs titres entre temps et du coup j’ai eu la sensation d’avoir certaines longueurs mais je pense bien que de le garder en cours plus que de raison n’y est pas pour rien

J’ai de cette auteure à la maison Un sac mais je ne suis pas prête psychologiquement à vivre un moment animalier des plus difficiles. Qu’à cela ne tienne, l’autrice a plusieurs autres titres qui n’attendent que moi. Il y a parfois des rencontres significatives dans nos vies de lecteurs, mes instants avec Solène Bakowski me font la mettre dans ce haut du panier, ces auteurs dont je veux tout lire, savoir, pour mieux les aduler, oui carrément!

Nous avons donc suite à un détail changeant un tout autre récit signé Amélie Antoine dont j’avais gagné le titre Fidèle au poste chez Gwen
couv19928920
couv4628053

Mai 2013, Saint-Malo. 
Chloé et Gabriel forment un couple uni. Mais tout bascule lorsque Chloé disparaît brutalement. Gabriel tente alors de continuer à vivre, et il fait la rencontre d’Emma, une photographe venue s’installer dans la ville. 
Mais Chloé s’est-elle véritablement volatilisée ? 
Emma est-elle vraiment celle qu’elle semble être ? 
Et si la réalité n’était pas telle que le jeune veuf la voit ? Un roman à trois voix qui ne vous emmène jamais là où vous l’attendez… 

Livraddict me propose de me pencher sur :

 

La légèreté > j’ai tilté qu’après de quoi il était question… Ce titre est donc en réalité une bande dessinée traitant de la reconstruction après l’attentat de Charlie Hebdo, je ne me sens pas de me frotter à ce qui me semble personnel
The girls > la Manson family, le pourquoi net, clair et précis
On regrettera plus tard > la volonté d’un jour me faire mon propre avis sur l’autrice dont j’entends beaucoup de bien. J’ai dans le sous sol après vérification son titre Juste avant le bonheur
Little sister 
> le thème est actuel au possible mais les retours dessus évoquant un manque de profondeur & le fait que cela s’adresse à des jeunes me fait ne pas le noter

Amazon lui sur :

 

Les secrets > ayant déjà un titre papier & un second numérique de l’auteure, je vais attendre avant de m’orienter vers un autre de ses romans
Un frère de trop > déterrer des secrets, un excellent sujet!
Après la neige > j’aime imaginer cette vieille femme citée en psychopathe, je trouve flippant le troisième âge dans ce rôle, après ça tombe ce n’est absolument pas ça!
Mes derniers mots > depuis le tournage, je me suis tentée à Ewa citée brièvement ici et gros fail donc le chouille intriguée au moment de la vidéo s’est évaporé
Amalia > tentation haute sur la jauge vu la couverture et le synopsis, peur, stress!!!

Pour finir, zieutons ce qu’a déjà écrit l’auteure :

 


Pour la faire courte, chaque résumé a un petit quelque chose qui ne me laisse pas indifférente, je pense qu’il y a un truc entre Solène Bakowski & moi qui mérite que j’approfondisse cela 😀

827250traitSeparation538d3

La concept box le libraire Julien, vous & moi m’a fait découvrir dans l’emballage
couv28459814
Le thème choisi étant un livre pop up pour mon fils

– à suivre –

 

 

 

 

De moi à vous #9

Au couvent de la Mansuétude, on forme des jeunes filles à devenir des tueuses. Dans les veines de certaines coule le sang ancien, révélant des talents presque disparus depuis que les Anciens ont accosté sur le rivage d’Abeth. Mais les maîtresses de la lame furtive ne mesurent pas ce dont elles ont hérité à l’arrivée de Nona, une enfant de huit ans qui a déjà du sang sur les mains. Ayant échappé à la potence, elle est recherchée par de puissants ennemis aux mystérieux desseins. Et au cours de son apprentissage de la voie de la lame, elle est rattrapée par les secrets d’un passé violent. Tandis qu’un soleil mourant se lève sur l’Empire, Nona devra affronter ses démons et devenir une redoutable guerrière si elle veut rester en vie…

couv8205710 CHRONIQUE
> ce livre a remis en question la lectrice profonde en moi, me faisant totalement adhéré alors qu’il avait quelques boulets significatifs à mes yeux de prime abord : rythme & flou
> Nona se démarque des autres gens, elle a une complexité de par cette différence qui se manifeste par sa manière de réfléchir aux choses, d’être à la fois brutale dans ses réactions et naïve dans les relations avec autrui. Je crois bien qu’elle a été le pourquoi tout le reste n’a pas entaché mes instants livresques
> un univers assez costaud à mon goût (tout dépend de son bagage dans le genre très certainement je vous l’accorde) avec des pans pas définis textuellement de façon à offrir une vision claire du pouvoir par exemple, des actions « magiques », un certain brouillard demeure dans notre compréhension de l’ensemble des fils de l’univers, de scènes aussi
> a contrario certains instants sont cinématographiques au possible
> le lecteur n’est pas impliqué dans le récit, il y assiste uniquement en retrait avec de la lenteur au programme dans le déroulement (point qui d’ordinaire me fait grincer des dents, ici j’étais joie et bonne humeur!)
> la quasi totalité des personnages sont des femmes qui se distinguent bien les unes les autres avec des qualités, des défauts qui collent avec l’image que l’on se fait des gens vaquant dans un tel lieu destiné à l’éducation
> je n’en ai pas parlé en vidéo mais évidemment une force aussi va être l’humain dans les relations entre camarades de cours, bonnes, mauvaises, inexistantes, changeantes, …

Livraddict me dirige vers :

 


Un palais d’épines et de roses > point d’intérêt éveillé par la lecture en diagonale du résumé malgré les éloges croisées de ci de là

Les fiancés de l’hiver > trop de bruit tue l’envie mais il peut être emprunté par bibi à la bibliothèque si un jour la curiosité m’attaquait

L’esclave > rend ne se produit face au récit laissé apparaître par le synopsis

Six of crows > aucun bon argument, juste JE VEUX LE LIRE!

Quant à Amazon puisque ce fut une lecture numérique via ma Kindle je suis orientée vers :

 


L’âge des assassins > j’avais flashé sur la couverture donc forcément je suis intriguée

Le fils de l’acier noir > « rébellion, guerre, destruction », Dieux & démons oubliés, un homme en héros, je me sens interpellée forcément!

Le rôdeur d’ombre > géants, ogres & autres qui forment une bande?! le point fort du résumé à mes yeux

La fugitive > ce que l’on entrevoit dans le synopsis fait très direct, j’aime bien

827250traitSeparation538d3
L’envie du moment est de favoriser un nombre de pages qui me ferait alterner les livres de façon plus rapide. En lisant des pavés, le sentiment de m’enliser me fait me rappeler mon rythme bien moins important qu’il ne l’a été à une époque, cela me peine. Certes les quotidiens des deux temps évoqués sont différents je ne le sais que trop bien mais justement recourir à des titres « dynamiques », « courts » me donnera la sensation de faire un pied de nez à cette réalité :p

De moi à vous #8

Malenfer, la forêt maléfique, grandit et s’approche chaque jour davantage de la maison où vivent Gabriel et sa petite sœur Zoé. Seuls depuis le départ de leurs parents, partis chercher de l’aide en terre de Gazmoria, les enfants doivent faire face aux ténèbres qui recouvrent lentement Wallandar. Mais aussi à un tout nouveau danger : ni les visions de Zoé, ni les ses pouvoirs magiques ne parviennent encore à l’identifier
couv59475289
CHRONIQUE
> le bruit autour m’a fait mettre l’échelle trop haute mais je suppose que ce tome est une introduction à quelque chose de bien plus grand vu comment cela se clôture et prometteur également vis à vis de la place des enfants dans ce monde
> la forêt dans cet opus donne l’ambiance mais n’est pas au centre de l’intrigue qui se situe en réalité à l’école, avec ses protagonistes
> de l’aventure, du mignon, les rapports humains

Ce que Livraddict met en avant en concordance avec ce titre :

Entre chiens et loups > un premier opus qui ne m’a pas marquée et la volonté de me procurer la suite n’a jamais été prononcé

Gardiens des cités perdues > malgré la vague d’encensement qui pourrait me faire fuir, je suis curieuse

Héros de l’Olympe > concernant Rick Riordan, je vais déjà me concentrer sur la suite de Percy Jackson

Un dîner avec Carry Grant > Broadway bébé!!! & la volonté de réaliser ses rêves malgré les désillusions de la vie

L’auteure me tente drôlement avec sa série Rebecca Kean dont j’entends des avis dithyrambiques (à force d’entendre ce terme de ci de là je rêvais de le placer quelque part, ça est c’est fait ^^)
couv20099891
Burlington…nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…
827250traitSeparation538d3
Chloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l’épée entre Thomas, un élève d’une autre classe qu’elle connaît à peine, et une sorte de démon. L’adolescente tente d’intervenir mais est blessée et perd connaissance. A son réveil, la créature est morte et Thomas lui explique qu’il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer les failles vers le monde des démons.

couv54641214
CHRONIQUE
> l’escrime un petit côté un peu je me démarque et à l’ancienne en plus en y associant le terme de chevalier dans mon récit, on aime
> dynamique avec un humour saveur relevée
> Chloé est une fonceuse, elle dit puis après on voit… 😀 Son physique différent est plus que appréciable, elle ne vit pas bien sa grande taille et pourtant cela va coller à merveille avec sa nouvelle destinée aux côtés de Thomas, en plus de mettre l’accent sur sa maladresse due à son corps
> une révélation finale saisissante
> deux aspects, le magique en premier lieu mais pour autant la vraie vie n’est pas reléguée au placard et un point qui m’a plu parce que cela me chagrine bien trop souvent en jeunesse face à certaines scènes où je me dis mais que font les parents, ici la maman de Chloé même si elle est à côté de ses pompes va s’inquiéter!!!
> des vilains, de la bataille, des soucis entre nanas et de l’attirance avec le sexe opposé

Livraddict suite à cette lecture m’envoie vers :

The Hate U give > quand j’ai tourné, uniquement le résumé anglais et pas l’envie de me fouler soyons francs mais j’en parle à nouveau dans une vidéo à venir

The mortal instruments : les anglo-saxons en parlaient avec énormément de ferveur qui m’avait convaincue de m’y pencher mais cela m’est passé depuis

Les dieux d’Asgard > oui, le message est clair, à moi le second tome de Percy 😀

Sauveur et fils > découvert chez La papote livresque, cela semble sacrément génial!

Je vous sauverai tous > actuel et donc intéressant très certainement, je suis toujours très curieuse quand il s’agit de manipulation psychologique

Les optimistes meurent en premier > le titre suffit à me charmer

827250traitSeparation538d3

Je débute un tri Wish list grâce à Livraddict qui m’a rappelé après ma lecture de Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires que j’avais un autre titre de l’auteur noté en envies :

couv32238952
Dans les Iles-Unies d’Amérique, la célèbre académie Armedius forme les meilleurs rithmaticiens, des stratèges capables de créer en un coup de craie des armées de créatures prêtes à l’attaque aussi bien que des lignes de défense infranchissables. Fils d’un fabricant de craie, le jeune Joel est passionné par ce savoir. Quand des élèves disparaissent mystérieusement, il ne peut rester indifférent.

En définitive, je répertorie tout dans une liste Je suis curieuse sur LA à laquelle j’ai associé une soeur Les suites afin de réussir un jour à conjurer le mauvais sort du tome un qui reste unique pour bibi

– à suivre –